DISPARAÎTRE OU CHANGER

Publié le par le citron vert des alpes



Ecoutons l'appel du Professeur français Alfred KASTLER, prix Nobel de physique,  qui déclarait  dans un manifeste pour une révolution pacifique:

  «  Nous déclarons en danger chaque homme, chaque village, chaque ville et l'espèce humaine. Nous déclarons l'humanité entière en état de légitime défense. Nous appelons la masse du peuple à se mobiliser librement. Nous appelons les représentants les plus éminents de la science et de la culture publique à assumer leurs responsabilités pour que les hommes ne demeure pas isolés dans la crainte du lendemain »


Pour permettre à l'espèce humaine de survivre, il faudrait remettre de l'ordre dans les idées des responsables politiques et de l'économie privée pour rétablir des activités humaine en rapport avec l'échelle des valeurs et de la priorité des besoins. Pour cela une seule direction, respecter les lois fondamentales de la Nature.

Les désirs de l'homme sont illimités, mais ses besoins fondamentaux ne sont qu'au nombre de quatre.

L’AIR:  le plus important, quelques minutes sans air et la vie s'éteint en nous.

L’EAU: Il est impossible de survivre plus de quelques jours sans eau.

LES ALIMENTS: 8 semaines sans manger et c'est la mort.

LA LUMIÉRE: Nous pouvons vivre relativement longtemps sans accès à la lumière, mais tous comme les végétaux, à plus ou moins long terme, nous commencerons à nous flétrir.

Comme chacun peut facilement s’en rendre compte, ces quatres sources nourricières qui ont mit des millions d’années pour trouver leurs fragiles équilibres et permettre ainsi l’émergence de la Vie en général et de l’homme en particulier, sont gravement altérées par la société industriel développée par les hommes du 20è siècle.

La tâche majeure d’une société civilisée est de nous mettre à l'abri des calamités naturelles (foudre, inondations, sécheresse, famine, épidémie, etc.). La civilisation actuelle, basée sur le fait que le plaisir résulte de la satisfaction des désirs, nous incite à créer et à satisfaire des besoins illimités. C’est cette doctrine économique qui a été officiellement adoptée dans le monde entier. Une telle civilisation entraîne l'homme dans un développement anarchique qu'il est incapable de maîtriser et dans un gaspillage universel, qui épuise, pollue et détruit définitivement l’environnement naturel  qui pourvoit à ses 4 besoins fondamentaux, sa source de Vie.

Aucun de nos gouvernements n’envisage le moins du monde, un changement de  politique, bien au contraire, dans une fuite en avant éperdue, ils tente par tout les moyens de contrôler une situation qui leurs échappe et qui  se traduit déjà par des  bouleversements  écologiques, des catastrophes climatiques et une dégradation de la santé vitale des peuples qui annonce avec certitude à plus ou moins brève échéance  leurs prochaine disparition.

Malheureusement pour une grande majorité, la confiance dans la science et indéfectible, et pour les autres c’est le prix à payer, pour qu’un petit quart de l’humanité puisse vivre dans la complète insatisfaction de désir insatiable.

Pour nous agrobiologiste et écologiste par conviction, les temps deviennent difficile, surtout lorsque les directives du “Codex Alimentarius” seront appliquée. Mais quand c’est trop, c’est trop… et peut-être que devant tant d’incompétence et d’hypocrisie, trouverons nous de nouveau alliés parmi les citoyens partisans jusque là, du laissé faire et faisant preuve d’une indifférence coupable.

LE CITRON VERT


Commenter cet article