DES RONGEURS GAVÉS DE PRODUITS «SANTÉ»

Publié le par le citron vert des alpes


    Faudrait pas croire que les nouveaux aliments de «santé active» sont balancés au pif dans les rayons et dans nos assiettes.

Supposés nous empêcher de vieillir (et pendant qu'on y est de mourir), nous donner un cœur d'athlète (plus ou moins dopé) ou régénérer notre épiderme en peau de bébé, ces compléments alimentaires, tels que les omega 3,4,5,6, anitoxydants et autres super foods, sont d'abord testés sur les animaux.
Selon le Sunday Times, qui s'appuie sur un rapport du Home Office (le ministère de l'Intérieur britannique), le nombre de ce type d'expériences est en plein boom en Grande-Bretagne : de 862 en 2005, il a atteint 4038 en 2006.
Je l'ignorais. Et ça me fait frémir.
Ainsi, à l'université de Glasgow, des rongeurs ont été nourris, plein pot, de jus de framboise (sic). Puis tués pour pister ledit jus dans leurs reins, leur foie et leur cerveau.
A l'hôpital Hammersmith de Londres, des rats ont été gavés de compléments de poisson.(On n'est pas loin des vaches folles herbivores nourries comme des carnivores…)
Dans une autre université écossaise, des rats ont eu des extraits du fameux ginkgo biloba injectés dans leurs pattes.
Tout ça pourquoi ? Pour notre supposée santé ? Disons d'abord pour le tiroir-caisse des industriels…
Si je ne remets pas en cause l'utilisation de souris pour la recherche médicale (immunologie, cancer, etc.), là, en matière de super foods, on a affaire à un autre registre : celui de profiteurs apprentis sorciers, pour qui le débat éthique sur la souffrance animale n'est rien que du pipi de chat.
Et qui empoisonnent allégrement l'animal pour vendre du rêve et un pseudo bénéfice aux humains.
Faisons un autre rêve : et si l'on nous vendait de la nourriture simple, sans suppléments, sans compléments, sans additifs, sans rajouts d'anti-oxydants… Et si on l'achetait, cette nourriture-là, plutôt que des plats préparés à la sauce synthétique ou des surcroîts d'alicaments, du reste peut-être toxiques à long terme…
Dans un domaine voisin, je n'achète plus que des œufs de poules élevées en plein air. Pareil pour les poulets. Je sais, c'est plus cher, mais je peux me le permettre, c'est ma petite contribution contre l'élevage en batterie. La vision du film We feed the world a été  décisive dans cette prise de conscience.
P.S: Brandweek nous apprend que McDonald's renonce à son partenariat avec les écoles d'un comté de Floride (voir le billet «De bonnes notes, un McDo»). L'association Campaign for a Commercial-Free Childhood (pour une enfance sans publicité) était montée au créneau. Commentaire de sa présidente Susan Linn en forme de satisfecit et d'encouragement à la mobilisation : «Ça montre qu'ensemble nous pouvons obliger même de grandes compagnies comme McDonald's à infléchir leur publicité.»

• Marie-Dominique Arrighi •

Article paru dans un blog de libé - Consotitisier –. le 20 janvier 2008

C'est le credo de l'art de vivre macrobiotique depuis 50 ans

www.lamacrobiotique.com/


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article