VIE ET MORT DES POULETS

Publié le par le citron vert des alpes

Poulets-.jpgEn premier lieu, regardez cette vidéo:

http://www.pmaf.org/telechargements/videos/adsl/quicktime/vivre_vite.php


Et si vous ne voulez pas devenir comme ces poulets, c'est-à-dire " grandir vite et mourir jeune" . Ne mangez plus jamais de poulet d'élevage intensif, sinon vous êtes complices de ce massacre et avant de mourir, vous allez souffrir.

Consultez cette page, vous serez édifié.

http://www.poulets.fr/page.php?id=pages/pourquoi.php

A l'origine (1950/1970) les élevages industriels de masse, – poulets-dindes-porcs – ont été conçus pour nourrir les populations urbaines mondiales en expansion permanente. Actuellement leur unique but, est le profit, au détriment de l'éthique, de la morale, et plus grave de la santé des personnes qui consomment ces morceaux de protéine, qui n'ont plus rien d'animal.

Si vous pensez, que la consommation des ces viandes industrielles n'a pas d'influence sur sur votre santé, vous êtes dans le déni et l'illusion la plus complète.

Cependant nous sommes tous responsables, végétariens compris, car c'est notre mode de vie occidental qui a engendré cette dérive animale morbide.

Une seul solution, continuez sur cette voie, et nous aurons tous disparu avant la fin de ce siècle, ainsi la terre redeviendra le Paradis quelle était.

Mais si vous avez une solution moins radicale, j'attends vos commentaires.

Je ne crois pas un instant que signer un manifeste pour l'interdiction des élevages intensifs, améliorera la situation, tant les lobbies agro-alimentaires sont puissants et tirent les ficelles politiques, et malheureusement ceux qui signent ces pétitions ne sont pas ceux qui ce nourrissent avec cette merde… comme dirai J.P. Coffe.

****

La vie des poulets ne va guère s'améliorer !


Après des années de tergiversations, les 27 pays de l’UE se sont finalement entendu sur un texte encadrant la production industrielle de poulets.

Hélas, la Directive européenne qui devrait être prochainement publiée au Journal Officiel de l'Union n'améliorera guère les conditions de vie des volailles élevées intensivement.

En effet, du fait des vives réticences manifestées par certains pays dont la France, premier producteur européen de poulets de chair, c'est un compromis à minima qui a été adopté.

La Directive, qui entrera en vigueur en 2010, prévoit des niveaux de densités limités à 33 kg/m2, avec des tolérances allant jusqu’à 39kg/m2 pour les élevages dont les bâtiments sont ventilés, et 42 kg/m2 pour ceux qui pourront en outre se prévaloir de faibles taux de mortalités (- de 4%). En d'autres termes, les éleveurs pourront continuer à entasser plus ou moins 20 poulets par mètres carrés.

La PMAF regrette vivement que la Directive ne s'attaque pas au problème de la vitesse de croissance des poulets. Les souches de poulets élevés intensivement ont été sélectionnés pour atteindre leur âge d'abattage en seulement 42 jours. Pour comparaison, les poulets Label Rouge, élevés en plein air, sont abattus à 81 jours au moins. Du fait de cette croissance accélérée, leurs pattes ne grandissent pas aussi vite que leur corps énorme et chaque année des millions de poulets souffrent de douloureux maux aux pattes. De même, les muscles se développent rapidement, mais le coeur et les poumons ne se développent pas au même rythme. Ainsi, de nombreux poulets meurent d'insuffisance cardiaque alors qu'ils n'ont même pas atteint l'âge adulte.


La PMAF appelle une nouvelle fois les consommateurs à refuser l'achat de poulets issus des élevages intensifs et à donner leur préférence aux poulets fermiers élevés en liberté Label Rouge ou AB.

Interdisons l'élevage intensif des poulets de chair

Il y a quarante ans, le poulet était un mets réservé aux dimanches et aux grandes occasions. Au fil du temps, son prix a connu une chute vertigineuse, tandis que la consommation grimpait en flèche. Le poulet est devenu un plat ordinaire, à bas prix. Les animaux, eux, le payent au prix fort….

830 millions de poulets de chair sont élevés chaque année en France. Environ 80 % sont élevés intensivement, dans des hangars où peuvent être entassés de 10 000 à 100 000 animaux. On compte 15 à 24 poulets par m2. Les poulets sont abattus à environ 40 jours, c’est-à-dire deux fois plus jeunes qu’il y a 30 ans. Les animaux n’ont jamais accès à un parcours extérieur. La litière devient vite exécrable, saturée d'excréments et dégage une forte odeur d’ammoniac.

Dans les élevages intensifs, on utilise des souches de poulets à croissance rapide. Leurs muscles se développent rapidement, mais le coeur, les poumons et les os ne suivent pas leur évolution. De ce fait, des millions de poulets souffrent de douloureuses déformations des pattes ou de paralysies. Beaucoup de poulets souffrent également d’insuffisance cardiaque, d’ampoules sur la poitrine, de dermites... En outre, ils ont beaucoup de mal à dormir car ils sont constamment dérangés par leurs congénères.

PMAF = (Protection mondiale des animaux de ferme). Vous pouvez retrouver le site de l'association sur :

http://www.pmaf.org/

http://www.poulets.fr/


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article